Condensé des annexes du Moniteur belge sur les sociétés ACAZ et ZACCO 
par Luc WITTEMANS
 
 
 
 

La  société  ACAZ  (1924)

Ateliers de Constructions aéronautiques de Zeebrugge (A.C.A.Z.), société anonyme, Chaussée de Haecht, 122, Schaerbeek constituée le 11 janvier 1924 par :
1. Jules Frateur, industriel, Louvain
2. Léopold Frateur, professeur d’université, Louvain
3. Fernand Jacquet, commandant, aviateur pensionné, Jette-Saint-Pierre
4. Baron Jean Kervyn de Lettenhove, capitaine-commandant en retraite, Toronto, Canada, représenté par Fernand Jacquet
5. Joseph Spaas, ingénieur agricole, Lille-Saint-Hubert
6. Victor Antoine, professeur d’université, Hérent
7. Gaston Wauters, sans profession, Saint-Gilles
8. Marie-Emilie-Blanche-Ghislaine Hynderick de Ghelcke, veuve de Valère deCodt, propriétaire, Bruxelles

La société a pour objet toutes entreprises ou opérations industrielles ou commerciales, ayant rapport d’une façon directe ou indirecte, à l’aéronautique et à la propulsion aérienne.

MM. Jules Frateur, Léopold Frateur et Fernand Jacquet déclarent faire ensemble apport à la société présentement constituée :
1. d’un matériel d’usine aéronautique se composant de machines, outils, moteur électrique avec accessoires, matériel de forge et de menuiserie, outillage mécanique, installation électrique, hydroglisseurs, marchandises en magasins ou en cours de fabrication et objets mobiliers divers, le tout se trouvant dans leurs ateliers à Zeebrugge-Mole.
2. De leurs études, démarches et travaux préparatoires en vue de la constitution de la présente société.

En contrepartie, ils reçoivent des actions de capital comme suit :
Fernand Jacquet, 10 actions et 68 parts de fondateur
Jules Frateur, 25 actions et 75 parts de fondateurs
Léopold Frateur, 125 actions et 127 parts de fondateurs

Les autres actions étant reparties comme suit :
Léopold Frateur, 40 actions
Baron Jean Kervyn de Lettenhove, 130 actions
Joseph Spaas, 20 actions
Victor Antoine, 6 actions
Gaston Wauters, 4 actions
Marie-Emilie-Blanche-Ghislaine Hynderick de Ghelcke, 20 actions

Le même jour de la constitution de la société, Fernand Jacquet, Jules Frateur, Léopold Frateur et Baron Jean Kervyn de Lettenhove sont nommés administrateurs, ce qui est logique puisqu’ils sont les actionnaires principaux. Victor Antoine et Gaston Wauters sont appelés aux fonctions de commissaires.

Le 3 avril 1925, le siège social est transféré au 12, rue Liedts, Bruxelles.

Lors de la publication du bilan au 31 décembre 1924 en mai 1925 et du bilan au 31 décembre 1925 en mai 1926, Fernand Jacquet était l’administrateur délégué.

L’assemblée générale extraordinaire du 4 octobre 1926 approuve l’accord conclu entre A.C.A.Z. et un groupement financier, pour la formation d’une nouvelle société pour l’exploitation de l’avion A2. Fernand Jacquet démissionne comme administrateur et est remplacé par François Feyens.
L’administrateur délégué est Jules Fraiteur.

A partir du 20 janvier 1927, le siège social est transféré à la rue de Mérode, 256 à Saint-Gilles.

La publication du bilan au 31 décembre 1926 en mai 1927 est le dernier signe de vie de la société A.C.A.Z. Il n’y pas de publication au sujet d’une éventuelle dissolution et liquidation volontaire de la société ce qui me fait penser qu’il y aurait la possibilité d’une faillite dont je continue de rechercher une preuve.
 










 



La  société  ZACCO  (1926)

Zeebrugge Aeronautical Construction Company (Zacco), société anonyme

La constitution de la nouvelle société eu lieu le 4 novembre 1926 par :

1. La société anonyme Ateliers de Constructions aéronautiques de Zeebrugge sa, représentée par Léopold et Jules Frateur;
2. Jules Frateur
3. Alfred-François Feyens père, industriel, avenue de Tervuren 216, Woluwe-Saint-Pierre
4. Saül-Emile Melckman, administrateur de sociétés, rue des Patriotes 43, Bruxelles
5. Alfred-Hubert Feyens fils, ingénieur, avenue de Tervuren 216, Woluwe-Saint-Pierre
6. Emile Feyens, pilote aviateur, avenue de Tervuren 216, Woluwe-Saint-Pierre
7. Charles Mulder, pilote aviateur, rue du Navet 12, Anvers

La société a pour objet la fabrication, réparation, transformation, entretien, achat, vente et location de tous les moteurs à explosions ou à combustion, de tous appareils s’y rattachant directement ou indirectement, et plus spécialement de tous les appareils se rattachant à l’aéronautique et à la propulsion aérienne.

La société A.C.A.Z. déclare faire apport à la société présentement constituée :
1. Des études, plans, documents et, en général, tous droits relatifs à toutes inventions et perfectionnements utiles à l’objet de la société présentement constituée et notamment tout ce qui concerne l’aéronautique et la propulsion aérienne
.
2. Des bénéfices de tous contrats en cours et tout ce qui s’y rapporte.

3. De tout le matériel d’usine, outillage, marchandises en magasin et en cours de fabrication et objets mobiliers divers et fournitures de bureau se trouvant tant dans les ateliers de la société à Zeebrugge que dans ses bureaux, 12 rue Liedts, à Schaerbeek, et notamment un avion de reconnaissance A2, un avion de tourisme T3, cellules et ailes de l’avion A2, des essais statiques.

En rémunération de cet apport, il est attribué à l’A.C.A.Z. 4000 actions.

Les 6000 actions restants étant souscrites par :

Jules Frateur, 1 action
Alfred-François Feyens père, 2998 actions

Saül-Emile Melckman, 2998 actions
Alfred-Hubert Feyens, 1 action

Le siège de la Zacco se trouvait alors rue Liedts 12, Schaerbeek, adresse qui abritait à un moment également les sociétés A.C.A.Z. et O.C.I.A.


Léopold Frateur, Jules Frateur, Charles Mulder, Alfred-François Feyens, le comte Edouard Glenisson, docteur en droit, place de la Gare 12, Alost et Aloïs Mulder, agent de change, rue de la Navet 12, Anvers sont nommé administrateurs.
Victor Antoine et Henri Moens de Haese, industriel, place Impériale 12, Alost sont nommé commissaires tandis que Saül-Emile Melckman est appelé aux fonctions de contrôleur financier.
Léopold Frateur est nommé président du conseil d’administration et Alfred-François Feyens père devient l’administrateur délégué.


Le 1 avril 1927 le siège de la société est transféré à la place Madou 8 à Bruxelles.
Le 28 septembre 1927 Alfred-François Feyens démissionne de ses fonctions d'administrateur délégué et est remplacé par Charles Mulder. Edouard Glenisson démissionne de ses fonctions d’administrateur et Henri Moens de Haese de ses fonctions de commissaire. Ils sont remplacés respectivement par Edmond Mulder et Emile Feyens

Lors de la publication du bilan sur 1927, les avions A2 et T3 y figurent toujours. Léopold Frateur et Jules Frateur démissionnent de leur fonction d'administrateur, Victor Antoine de ses fonctions de commissaire et Saül-Emile Melckman de ses fonctions de contrôleur financier.

Le bilan sur 1928 fait apparaître une rubrique “avions” sans détails ce qui fait penser que l’A2 et le T3 sont toujours propriété de la Zacco. Edmond Mulder met un terme à ses fonctions d'administrateur.

Brussels Air Museum Magazine numéro 60, 62 & 77 ;
Les sieurs Mulder et E. Feyens étant, ensemble avec P. Schellekens, les propriétaires du RSV 32/90 O-BADA de 5.6.1927 à 5.7.1928. Feyens, dont les ateliers se trouvaient rue de la Cambre à Woluwe (BAMM 62) ou rue du Duc (BAMM 77), fabriquait des moteurs industriels et marins. C’est dans ces ateliers que l’A.C.A.Z. C2 fût préparé pour le raid de Thieffry de mars 1928. E. Feyens connaissait Thieffry depuis qu'ils exercèrent ensemble des activités sportives lors de leurs études primaires à l’Institut St. Stanislas. "Les commandes de vol étaient en tube acier pour vélo et bleuies à la flamme d'un chalumeau, avec pointe de feu et refroidies à l'eau, comme cela se pratique ou se pratiquait pour les fusils de chasse, ceci pour prévenir de la rouille. Le travail était exécuté par un ancien combattant anglais de 1414-18, armurier de métier. L'appareil portait sous le ventre dans un carénage une hélice de rechange".

Le bilan de 1929 ne mentionne plus de rubrique “avions”. La famille Mulder a la société en main avec Aloïs, Charles et Edmond Mulder comme administrateurs et H. Van den Branden, De Bosschaertstraat 177, Anvers comme commissaire. La famille Feyens disparaît de la gestion de la société. A partir du 5 avril 1929, les sieurs Alois et Charles Mulder sont nommé administrateurs des Entreprises générales d’Aéronautique SA (voir SEGA ci dessous).
Ce bilan est le dernier signe de vie de la Zacco que j’ai pu retrouver. Il n’y pas de publication au sujet d’une éventuelle dissolution et liquidation volontaire de la société ce qui me fait penser qu’il y aurait la possibilité d’une faillite dont je continue de rechercher une preuve.

  
Cliquez sur la vignette pour agrandir l'action de la Zacco

 


Beaucoup d’auteurs ont écrit à tort que l’A.C.A.Z. et la Zacco n’étaient que deux noms pour une même société. En effet, comme on a pu lire plus haut dans les extraits sur l’A.C.A.Z. les actionnaires et administrateurs de la société ont conclu un accord avec un groupement financier pour la formation d’une nouvelle société pour l’exploitation de l’avion A2.

Comme vous pouvez le constater, dans les statuts des sociétés A.C.A.Z. et Zacco sont mentionné les avions A2 et T3 mais il ne peut s’agir que du C-2 et du T-2. L’histoire officielle de ces avions se ressemble fort, ayant eu les mêmes propriétaires, A.C.A.Z. et Zacco, au fil des années.

Dans le registre des avions belges, l’A.C.A.Z. C-2, immatriculé O-BAFX, et T-2, immatriculé O-BAFM, sont annoté comme transféré aux Entreprises générales d'Aéronautique (SEGA) SA de Gosselies et cela a été notifié à l’Administration de l’Aéronautique dans une lettre daté du 27.3.1931. Au moment de ce transfert, les sieurs Mulder étaient actionnaires et administrateurs à la Zacco et à la SEGA. Les deux avions furent radiés du registre des avions belges le 25.1.1933. Le C-2 n’a probablement plus volé depuis qu’il fut endommagé lors de sa tentative de rallier Bruxelles à Léopoldville le 9.3.1928 et a probablement connu une triste fin en finissant à la ferraille ...

Il y a encore un petit mystère au sujet d’une éventuelle connexion plus ancienne entre l’A.C.A.Z. et la SEGA. Nous avons vu plus haut que Fernand Jacquet était actionnaire et administrateur de l’A.C.A.Z. Nous savons également que Fernand Jacquet était l’homme qui était derrière la SEGA et c’est grâce à ses relations que la SEGA obtint un contrat pour l’entraînement d’élèves pilote militaires. Bien que la SEGA fût fondé en 1920, Fernand Jacquet n'apparaît en tant qu’administrateur qu'en 1934. Le bilan au 31 mars 1924 de la SEGA mentionne - “un avion-école, type Sega, qui se trouve à l’heure présente en construction dans nos ateliers; dès son achèvement, cet avion sera mis en service pour les besoins de l’école"-. Nous ne savons rien de plus sur cet avion Sega, aucun avion n’apparaît en Belgique sous ce nom là. Une hypothèse avancé par mon ami Guy Roberty est qu’il pourrait s’agir de l’avion A.C.A.Z. T-1, transféré de la SEGA vers l’A.C.A.Z. et qui fit, par conséquent, son apparition sous un autre nom. Le T-1 recevait son certificat d’immatriculation le 14 juin 1924 ce qui veut dire qu’il fit son premier vol et ses tests pour l’obtention d’un certificat de navigabilité dans les semaines précédents cette date. C’est donc une hypothèse plausible mais pour l’instant non vérifiée